Now Reading
Alexis – Lou Lou Love

Alexis – Lou Lou Love

Fondatrice et directrice artistique 

 

1 / Peux tu te présenter?

Je m’appelle Alexis Tuersley, j’ai 38 ans, je suis née à Londres, de parents anglais, respectivement scénographe (mon père) et restauratrice de tableaux (ma mère) + super maman. Je vis en France depuis l’âge de huit ans, et j’ai la double nationalité depuis Septembre dernier, un élément identitaire très fort, inestimable même, que j’avais quelque peu sous estimé. Il est évident que l’univers créatif et culturel dans lequel je baigne depuis toute petite, ainsi que le choix de mes parents de tout quitter pour changer de vie, ont eu un impact considérable sur mes choix futurs, et ce encore aujourd’hui.

Je suis diplômée du Studio Berçot en tant que styliste modéliste, j’ai toujours évolué et travaillé dans les domaines de la mode et de la création, cette dernière étant essentielle à ma vie. J’ai eu la chance de pouvoir rencontrer, apprendre et parfois travailler auprès de personnes assez incroyables et particulièrement talentueuses (je pense notamment à Yazbukey, Lucien Pagès, Marc Ascoli ou à Colette) qui m’ont toutes donné un goût certain pour l’esthétisme et transmis l’art d’injecter de la passion dans son travail. 

Je suis également la maman de Sasha, un chouette petit individu de dix ans que j’élève seule depuis sa naissance et avec qui je suis, par la force des choses, très complice. Evidemment c’est loin d’être facile tous les jours, cela a eu un énorme impact sur mes décisions professionnelles et personnelles, mais je mesure tous les jours la chance que j’ai qu’il m’ait choisie.

 

2 / Quel était ton rêve lorsque tu étais petite fille et t’inspire il encore aujourd’hui? 

Je n’avais pas de rêve à proprement parler, ou alors j’en avais plein … tous aussi imaginaires et un peu crazy les uns que les autres. Tour à tour princesse, sorcière, fée, la boîte à déguisements tout ça, that was me 😉 

J’ai su très tôt par contre que je voulais travailler dans la mode, même si elle a beaucoup – et tant mieux – évolué en plus de vingt ans. L’Image aussi m’a toujours aspirée. Encore aujourd’hui la beauté d’une belle (très subjectif) image, les émotions qui en dégagent, la personnalité de l’artiste qui transpire, son regard unique sur notre vie. Je peux facilement être émue jusqu’aux larmes si l’intention me parait juste et honnête. 

Sinon, je suis assez fan de l’évolution naturelle des choses, des projets que l’on détermine, puis qui prennent un virage inattendu, au gré des rencontres, des accidents, plus ou moins jolis, de la vie. 

 

interview-style-louloulove-alexis-tuersley-bordeaux-mode-vintage-passionnée

 

3 / Comment ton envie d’entreprendre est-elle arrivée ? 

‘Entreprendre’ est un mot assez vaste à mes yeux. Si on va par là, nous entreprenons tous, tous les jours de notre vie, du plus petit détail au plus grand, la création d’une ‘entreprise’ en faisant naturellement partie, tel un accomplissement – ou un échec – comme un autre. Cela peut être l’achat et la rénovation d’une maison, la création et développement (la plus belle et compliquée des entreprises à mes yeux) d’une vie de famille, l’élaboration d’un grand voyage, celui de toute une vie. 

Mais si l’on devait parler de façon très terre à terre du fait d’entreprendre, pour ma part c’est une trajectoire naturelle, celle d’une fille de freelancer, adepte de sa liberté de parole et d’action, indépendante depuis toujours. Une sorte d’évidence, car travailler pour quelqu’un d’autre – pour l’avoir testé à quelques reprises – m’est littéralement douloureuse. 

Voilà, je pense qu’entreprendre doit être une évidence, car le chemin est rude et votre résilience mise à rude épreuve quasiment tous les jours. 

 

interview-style-louloulove-alexis-tuersley-bordeaux-mode-vintage-passionnée

Une pièce issue de mon ancienne marque d'accessoires, Marlow and Co.

 

Quand, pourquoi et comment as tu crée Lou Lou Love ? 

J’ai crée Lou Lou Love il y a un an et demi environ. C’est une suite logique de projets passés, un assemblage de mes valeurs et centres d’intérêt.   

C’est un projet, comme je les aime, qui tendra toujours à évoluer, en constant mouvement, comme vous allez le découvrir très prochainement. 

Dans la forme j’entends. Le fond, le message, lui il restera toujours le même. #slowliving #slowfashion #sloweverything 

 

interview-style-louloulove-alexis-tuersley-bordeaux-mode-vintage-passionnée

Photo Marie Vaubourgeix

 

4 / Quel a été le challenge le plus difficile que tu as eu à relever ?

Dans ma vie personnelle, ma vie de maman solo sans aucun doute. Tant que l’on ne l’a pas vécu de près, on ne peut hélas le comprendre. C’est comme les parents qui disent à leurs enfants : “tu verras quand tu seras parent”. A quelque chose près que tout le monde ne devient pas parent solo, et my gad … tant mieux ! Let’s make love not war !

C’est un chemin de vie dense, effrayant et solitaire, mais mystérieusement blindé d’amour et de petites ‘victoires’. 

Dans ma vie professionnelle, la résilience permet d’outrepasser ce qu’il s’est passé ‘la veille’. Les décisions passées, même si elles nous habitent et nous forment, elles nous forgent aussi. Je dirais donc Lou Lou Love, avoir un message à faire passer est une chose, savoir la communiquer, l’expliquer, susciter l’envie et embarquer en est une autre. 

 

5 / Quelle partie de ton travail préfères tu ?

La réflexion derrière chaque idée, la mise en place de nouveaux projets, les rencontres, les échanges, les petits et grands challenges au quotidien. L’excitation et l’engouement que cela procure. Avoir la possibilité de se réunir autour d’une même idée avec d’autres personnes passionnées. 

 

6 / Tu es maman. Quel est ton secret pour être la plus organisée possible. De façon générale, as tu une routine stricte ou plutôt détendue ? 

Je vais vous répondre avec (mes) dix années d’expérience, en étant consciente que cela restera toujours un work in progress Et que je n’en ai qu’un (sans personne pour me contredire haha petit bonus malgré tout de la vie de parent solo)

J’organise un maximum de choses par avance, je suis Madame listes et post it. J’ai un planning, de façon générale, hyper calibré. Je me lève à 6 heures tous les matins. En semaine, dans le travail,  il est très souvent déterminé heure par heure. De nature à vouloir vivre dans un bazar vaguement organisé, puis étant indépendante (avec donc un planning non imposé et à apprivoiser) il m’aura fallu des années pour en arriver là, et je travaille encore dessus. 

Cela me permet d’effacer un maximum de vagues de stress, et pour moi et pour mon fils. J’insère un maximum de ‘routines’ agréables dans sa journée, de véritables piliers qui ont pour but de le sécuriser. (l’heure et le rituel du coucher, le temps de partage et d’échange des repas, une soirée plateau repas par weekend où il choisit le plat et le film, une alimentation équilibrée avec le temps et les moyens qui me sont impartis bien entendu, je ne suis pas superwoman;)

Tout ceci étant dit je laisse beaucoup de place aux imprévus, aux inversements de plannings quand c’est possible et aux plages (longues parfois) de farniente et d'”auto ressourcing” (lectures, ballades, amis, siestes et autres rêveries) notamment le weekend. 

Je ne pense pas qu’un enfant doit avoir 150 activités à la fois et je crois énormément dans l’Ennui, grand producteur malgré lui, d’esprits créatifs.  

C’est dans les moments en tête à tête avec soi même que l’on apprend à se connaitre le mieux, à développer une forme de clairvoyance, de bien être, et ce depuis la plus tendre enfance. 

 

interview-style-louloulove-alexis-tuersley-bordeaux-mode-vintage-passionnée

 

8 / Quelle(s) femme(s) vous inspire(nt) ?

See Also
Audrey Michaud Missegue Estee Lauder

Les femmes qui créent, qui transmettent, qui s’auto-suffisent, qui dépendent de, qui mettent au monde ou qui font le choix, conscient ou inconscient, de ne pas mettre au monde, qui racontent ou se taisent, celle qui souffrent, celles qui portent, celles qui guérissent ou se font guérir, celles qui aiment, celles qui n’aiment plus, celles qui ignorent, celles qui veulent tout comprendre, celles qui se battent ou laissent tomber. Toutes ces femmes là, et bien plus encore.  

 

interview-style-louloulove-alexis-tuersley-bordeaux-mode-vintage-passionnée

Texte de Cléo Wade 


Qu’est ce qu’être une femme signifie pour vous ? 

Tout ce que je viens de citer. Etre humaine en somme, avec tous ses défauts et ses qualités. 

 

9/ A piece of advice or a mantra to pass on ?

‘To listen to your guts’, écouter son intuition. Toujours. Tout en essayant de faire la part des choses entre nos peurs, cette petite voix intérieure qui vous inhibe, et notre vision créatrice, qui nous habite tous, si nous tendons un peu l’oreille. 

 

10 / Quels sont tes futurs projets pour Lou Lou Love ? 

Tout d’abord le nouveau site qui verra le jour courant de l’été et sur lequel nous travaillons en équipe en ce moment même. C’est mon premier ‘gros projet’, celui qui m’anime depuis un moment. 

Il s’agit d’une nouvelle forme de média life style, le développement de l’univers Lou Lou Love sous forme d’articles et d’interviews, avec, dans les très grandes lignes, des thématiques qui me sont très chères telles que la créativité, le wellness et le slow.

Le shop poursuivra en complément sa jolie trajectoire avec des clientes dépôt vente, de plus en plus nombreuses et fidèles de chaque côté de la barre 😉

A terme, d’autres types de produits viendront agrémenter la sélection, pour certains des créations en interne sous le label Lou Lou Love sur lesquels nous travaillons déjà.  

Stay tuned, l’aventure ne fait que commencer 😉

Normalement nous terminons cette partie par un petit mot de remerciement envers l’interviewée. Cette fois ci, je vous remercie à Vous qui me lisez, pour votre fidélité, votre curiosité et tous nos échanges au quotidien. 

A très bientôt, 

Always with love,

Alexis Xx

 

 

 

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top